Niveaux logiques

Grâce à Gregory Batheson et à Robert Dilts, on travaille aujourd’hui sur 6 niveaux logiques dans le changement de croyances ou de comportements. Le courant systémique considère qu’un changement à un niveau peut engendrer des changements dans n’importe quel autre niveau.

Le premier niveau :
Il s’adresse à l’environnement.
Il répond aux questions « Où ? » et « Quand ? ».
En accompagnement on se situe sur le niveau de la surveillance, de la sécurité, du fonctionnement matériel. On peut être confronté à une certaine rigidité et à une forme de repli sur soi et à une peur de perdre ses repères face au changement. On a besoin d’un guide (R. Dilts).

Le deuxième niveau :
Il touche les comportements : ce que je dis, ce que je fais, l’image que je renvoie.
Il répond à la question « Quoi ? ».
En accompagnement, on s’intéresse plutôt à ce qu’il faut mettre en place pour que l’entreprise fonctionne. On est confronté à ce qui n’est plus adapté par rapport aux codes sociaux, entrepreneuriaux etc …. On a besoin d’un entraineur (R. Dilts).

Le troisième niveau :
Il s’intéresse à nos capacités et nos talents, dans le domaine de la réflexion, de la parole et de l’action.
Il répond à la question « comment ? ».
En accompagnement on est dans le domaine de la statégie pour la mise en place de nos ressources et l’utilisation de nos habiletés (ce qu’on sait faire naturellement, ce qu’on a appris à faire et ce qu’on est capable d’apprendre à faire). On a besoin d’un enseignant, d’un formateur (R. Dilts)

Le quatrième niveau :
Il touche nos croyances, nos valeurs, nos convictions personnelles, nos idées, notre éducation.
Il répond aux questions « pourquoi ? » et « pour quoi ? ».
En accompagnement on travaille sur les filtres de la personne, sur sa façon de penser sur l’interprétation de la réalité, sur ce qui est le plus important pour elle, sur ce qu’elle se permet ou non. On a besoin d’un mentor (R. Dilts)

Le cinquième niveau :
Il concerne l’identité de la personne, sa mission dans la vie et son rôle à jouer.
Il répond à la question « Qui ? » (Qui suis-je ?).
En accompagnement on est attentif à la conscience et l’image que la personne a d’elle-même, sur la personnalité qu’elle renvoie aux autres et sur son ressenti le plus profond. On a besoin d’un sponsor (R. Dilts).

Le sixième niveau :
Il aborde la dimension universelle de l’être, le sens de la vie, la vision globale et spirituelle de l’existence.
Il répond aux questions « à quoi j’appartiens ? », « à quoi suis-je relié de plus grand que moi ? », « quelles sont les limites de mon être ? ».
En accompagnement, on va chercher à accueillir les questions des origines, des appartenances, de la conscience humaine, de l’éternité, … On a besoin d’un éveilleur (R. Dilts)

Cet outil nous invite à être cohérent et congruent dans notre vie et à apprendre à laisser un juste équilibre entre ces 6 niveaux dans la mise en place de changements sereins et efficaces.